Si votre ramage se rapporte à votre plumage...

Malgré une production de niche de 14 000 volailles à l’année avec un pic en décembre pour les chapons, les cinq éleveurs du Sud Charente ont l’exigence de peaufiner une volaille d’excellence, issue d’une race ancienne. L’imposante poule de Barbezieux, au plumage entièrement noir avec des reflets verts, arbore une crête rouge et des oreillons blancs. Déjà au XIXe siècle, le chapon avait retenu l’attention du célèbre gastronome Brillat Savarin dans son livre Physiologie du goût (1825). En 1937, un éleveur du Sud Charente recevait le premier prix au Salon de l’Agriculture de Paris. Mais, dans les années 1960, l’avènement des poulets à croissance rapide a plongé cette race dans les oubliettes. En 1997, des éleveurs passionnés créent l’Aspoulba, l’Association pour la sauvegarde de la poule de Barbezieux. Quatre ans plus tard, le Gault & Millau reconnaît ses qualités gustatives en classant le poulet, 3e sur 20 candidats. « La peau, d’un très beau doré, dégage une fine odeur de froment ; la chair est ferme et possède un goût prononcé, presque giboyeux. »

UN CAHIER DES CHARGES STRICT

Très vite, une amélioration de la race est opérée, à partir des meilleurs coqs et poules pour la constitution d’un troupeau de production. Avec l’aide de la Chambre d’agriculture et sous le contrôle de l’Institut régional de la qualité, un cahier des charges est établi. Il définit le territoire de production, les caractéristiques des volailles (longueur des tarses, poids du poulet, bréchet, crête, oreillons et plumes). Autres exigences, l’alimentation à 80 % à base de céréales est garantie sans OGM et l’âge d’abattage est au minimum de 110 jours. Des critères largement inspirés du référentiel d’un produit labellisé de type AOC. Le bien-être animal, son accès à un parcours arboré, une densité maximale de 10 poulets au m2 dans les bâtiments et de 4 m2 par volaille sur les parcours extérieurs, sont autant de critères d’élevage du poulet de race Barbezieux qui concourent aux qualités organoleptiques de cette volaille.

L’ASPOULBA VEILLE AU GRAIN

L’Aspoulba veille au respect des critères du cahier des charges du poulet de Barbezieux, ce qui permet de tracer la volaille de sa naissance à sa commercialisation. L’Association gère également la promotion, la commercialisation et la distribution des volailles qui se fait par vente directe sur les salons et marchés de producteurs de pays, chez les bouchers, les restaurateurs, les collectivités et à 50 % dans les grandes et moyennes surfaces du département.

LE POULET SE CHAPONNE POUR LES FÊTES

Le chapon d’un poids de 3 kg (prêt à cuire) demande un temps plus long d’élevage de 7 mois. Chaponné à 6 ou 9 semaines, il est élevé en liberté durant 34 semaines, puis enfermé pendant 30 jours pour être exclusivement nourri aux céréales et au lait entier ; ce qui affine sa chair et lui donne sa tendreté et sa saveur. C’est avec une farce et des lamelles de truffe sous la peau que le président de l’Aspoulba conseille de le déguster.

ASPOULBA
Le Maine à Billiou 16300 Saint-Aulais-la-Chapelle Tél. : 05 45 78 38 80 Email : aspoulba@orange.fr

Les dernières actualités

  • Canard à foie gras du Périgord

    Le foie gras fait partie du patrimoine culturel et gastronomique protégé en France. Production phare de la Dordogne, l’élevage de canard à foie gras connaît ses dernières années une belle progression avec 3 millions de têtes. Depuis la fin du Moyen Âge, la technique de gavage s’est affinée, notamment avec l’introduction du maïs, un élément essentiel de l’engraissement pour la production de la graisse nécessaire à la conservation de la viande confite. Les « pâtés » de...
    Découvrir cette actualité
  • Saveurs d’ici

    AOC/AOP, IGP, Label rouge, agriculture biologique, incontournables et autres spécialités… retrouvez les meilleurs produits du terroir dans le livre Saveurs d’ici.Au fil des 192 pages, découvrez le cycle de production de la truffe noire, l’univers du cognac, les exigences de la production de la truite d’élevage, les 13 appellations des vins de Bergerac… Des « classiques » (bœuf du Limousin, pineau des Charentes...) aux productions plus atypiques (aurochs, autruches…), Saveurs...
    Découvrir cette actualité
  • Cognac

    Révélateurs du dynamisme de la filière cognac, les chiffres des expéditions sont édifiants :  179 millions d’équivalents bouteilles, 98 % à l’export,  160 pays, 2,76 milliards d’euros de chiffre d’affaires. En distillant les vins issus du terroir  charentais  au  XVIIe  siècle,  les  marchands  hollandais  n’imaginaient pas que le cognac traverserait les siècles en gravant l’empreinte de ses marques sur tous les continents. Il contribue pour 2 milliards d’euros...
    Découvrir cette actualité