Cognac et pineau

Viticulteur-récoltant
Les chais et la boutique de l’exploitation Guillon-Painturaud sont situés dans la maison des ancêtres, une maison charentaise datant du XVIIème siècle. La famille est implantée à Segonzac, au cœur de la Grande Champagne, 1er cru du cognac depuis 1610. Line Sauvant, troisième génération de maître de chais de la famille, gère un domaine viticole de 18 hectares et produit du cognac et du pineau des Charentes avec comme spécialité "l’Exception", extra-vieux pineau rosé. Distillation et vieillissement sont réalisés sur place, tout comme la vente directe, pratiquée depuis 1978. Le Guide Hachette fait référence à la qualité des produits Guillon-Painturaud depuis près de 20 ans.
La vente à la propriété se fait du lundi au samedi de 10h à 12h et de 14h à 18h.
Il est aussi possible de visiter la distillerie et les chais sur rendez-vous et de découvrir ses magnifiques alambics datant de 1914 et 1965. De novembre à janvier, ces alambics permettent la distillation de l'eau de vie de Cognac qui vieillira dans des fûts en chêne à l’ombre des chais. 
Enfin, un magasin d’antiquités se trouve également sur le site de l’exploitation, vous pourrez y acheter des meubles et des objets anciens.
 
* Le circuit de visite est adapté aux personnes ayant des problèmes de vue et d’audition.
 

 

La sélection de produits du producteur

Frais de livraison
A partir de 15€ pour 1 bouteille commandée
Délai de livraison
Livraison par Colissimo sous 3 jours ouvrés

Gardienne du trésor familial

Deux patronymes pour une marque, des racines viticoles du côté de son père (Guillon) et du côté de sa mère (Painturaud) : Line Sauvant est l'héritière d'une lignée de viticulteurs-bouilleurs de cru. Mais ce qu'elle préfère, c'est la vente directe.
Line Sauvant, bouilleur de cru-vendeur direct à Segonzac. - Copyright : Line Sauvant, bouilleur de cru-vendeur direct à Segonzac.
Texte: 
Une activité dense qu'elle exerce souvent seule depuis la retraite de ses parents, mais qui a pesé dans la balance lorsque son père Jean-Pierre lui a proposé de revenir sur l'exploitation de Segonzac, son BTS commercial en poche. « À 20 ans, mon père recevait cette propriété de 18 hectares, il a voulu que j'aie aussi cette chance », explique Line Sauvant. Deux décennies plus tard, la petite maison familiale de Segonzac figure toujours dans les coups de coeur du guide Hachette. Mais avant cela, Line apprend ses futurs métiers. À 14 ans, son père lui confie un demi-hectare de vigne dont elle va distiller la production. De préférence dansle petit alambic centenaire. Celui qui trône fièrement au fond de la distillerie, regardant de haut le jeunot de 20 hectolitres monté en 1968. Deux ans plus tard, elle tient la boutique un week-end sur trois. De son père, elle hérite sa passion pour le pineau des Charentes. Line en fait sa spécialité. Elle offre à ses clients ce qui se fait de mieux. Comme « L'Exception » ce bien nommé extra-vieux pineau rosé de 25 ans. Reconnue pour son expertise, elle consacre du temps à la commission de dégustation du syndicat des producteurs. La jeune femme regrette de ne faire qu'un seul salon par an.« Je ne peux pas être partout. Les deux mois de distillation sont une période très dure qui tombe en même temps que les expéditions de fin d'année. » DES INTERROGATIONS POUR L'AVENIR Quand elle s'interroge sur son métier, Line Sauvant ne se sent pas vraiment représentée dans les instances régionales. Elle porte un regard lucide sur son activité et craint que son modèle ne soit en voie de disparition. L'agrandissement est compromis sur ces terres de Grande Champagne très convoitées. Elle avoue passer sans plaisir la moitié de son temps derrière son bureau et redoute un excès de réglementation quelle appréhende avec difficulté. Line Sauvant pense surtout à ses filles, Marie, 16 ans, et Élise, 12 ans. « Est-ce encore un cadeau à laisser à nos enfants ?» se demande-t-elle tout en préparant la sortie de son prochain cognac millésimé 1965. Un trésor familial... Il s'agit du premier cognac distillé par son père.